chez-robert

in vivo
exposition du 24/03 au 22/06/2014

« Je me sens toute drôle » dit Alice, «on dirait que je rentre en moi-même et que je me ferme comme un télescope.»


Elle s’aventura dans le long tube transparent aux reflets de plastique irisés. A petits pas, elle s’avança prudemment dans l’entrée horizontale du tunnel baignant dans une attrayante lumière verte. Elle se laissa ensuite glisser en douceur le long d’une pente bleue puis jaune. Alice s’arrêta un moment dans une capsule rouge d’où elle admira la vue panoramique sur la salle blanche devenue magenta. Se laissant retomber, elle fit plusieurs roulés boulés dans le tube, qui bien que solide, était souple et moelleux. Après plusieurs coudes, elle aperçut une forte lumière qui signalait certainement son imminente projection au dehors. Elle prit un moment pour réfléchir à cet environnement merveilleux. « Que c’est étonnant », se dit-elle, « de déambuler ici alors que je suis si petite ». C’était un peu brouillé dans son esprit. Elle pensa un moment qu’elle était dans le toboggan de la piscine de son enfance. Mais qui donc pouvait bien traverser ce mystérieux tube ? Elle se souvint alors de ses cours de science naturelle et conjectura qu’elle devait se trouver soit dans un parcours scientifique de tests sur les souris soit dans l’intestin grêle d’un inconnu ce qui la poussa au plus vite vers la sortie lumineuse.

Garance Chabert

Vue 1Vue 2Vue 3Vue 4Vue 5

in vivo
from March 24 to June 22, 2014

“What a curious feeling!” says Alice, “I must be shutting up like a telescope.”



She ventured into the long transparent tube with the iridescent reflections of plastic. With small foot-steps, she moved forward cautiously into the attractive green light soaking the horizontal entrance of the tunnel. Shortly after that, she let herself slide slowly along a blue and then yellow slope. Alice stopped for a moment in a red capsule from where she admired a scenic view of the magenta room that once was white. Letting herself fall again, she rolled down like a ball inside the tube which, although solid, was flexible and soft.

After several bends, she could discern a bright light which certainly indicated her imminent projection outside. She took a moment to think about this wonderful environment. “That’s amazing”, she says to herself, “to wander around while I am so small”. She felt a little confused. For an instant, she thought she was on the swimming pool slide of her childhood. But who could go through this mysterious tube? That’s when she remembered her biology classes and speculated that she should be either in a laboratory performing scientific tests on mice, or in some intestine. Both ideas urged her toward the bright exit.

Garance Chabert